Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 11:03

- Résultats des municipales pour les villes de plus de 9000 habitants

- Cantonales : évolution 1994 à 2008

Les Françaises et les Français ont bien compris que les franchises médicales avaient rendu l’accès à la santé payant. Ils ont compris que leurs salaires reculaient quand ceux des patrons augmentaient. Ils ont compris qu’ils allaient travailler plus longtemps pour moins de retraite. Alors c’est bien l’orientation de la politique de la droite, son incapacité à répondre aux problèmes des Françaises et des Français qui a été sanctionnée avant-hier ! Et c’est bien pour avoir des élus à leurs côtés dans la gestion et dans l’opposition aux politiques du gouvernement qu’ils ont chassé les élus de droite et élu des majorités de gauche.

Aussi, la défaite de la droite hier est une formidable occasion pour développer les luttes sociales en cours. Je pense à la grève des enseignants aujourd’hui. Je pense à la grande journée de manifestations du samedi 29 mars pour le pouvoir d’achat et les retraites. Et j’invite tous nos élu(e)s à se joindre à ces manifestations, à mobiliser largement les hommes et femmes qui leur ont manifesté leur confiance dans les urnes, et ce pour assurer la pleine réussite de cette journée d’action.

Et au-delà de ces luttes, nous allons déployer plus largement encore notre campagne « la Bourse ou la vie ». Partout sur le territoire, nous allons nous attacher à démontrer qu’une autre politique est possible, sur les salaires dans le public et le privé, sur un nouveau financement de la protection sociale, pour la promotion d’emplois stables et durables... Et nos parlementaires sauront organiser la résistance et les contre-propositions à tous les projets de loi du gouvernement.

Et ces luttes sociales et politiques, nous les mènerons d’autant plus amplement que nous en avons les moyens. Je vous en rappelle les chiffres, puisque la carte de France des villes et des départements que j’ai pu voir hier sur France 3, car je suis une fidèle de la télévision publique, comprenait beaucoup de rose, du bleu et un peu d’orange. Les deux Conseils généraux communistes, le Val-de-Marne et l’Allier, nos 28 villes de plus de 30 000 habitants, nos 91 de plus de 9000 habitants, contre 86 en 2001, le cap des 13 000 élus largement dépassé, tout cela existe. Et notre influence nationale aux cantonales, je vous la rappelle, s’élève à plus de 9% des suffrages exprimés. C’est vrai que dans les pronostics, l’orange avait une très belle cote. Mais au final c’est bien le rouge qui arrive très nettement en troisième position !

Et avec tous ces élu(e)s, le parti communiste dispose des moyens pour être utiles aux populations. Ces élu(e)s, maires, adjoints, présidents de Conseils généraux ou vice-présidents de Conseils généraux, simples conseillers municipaux dans la majorité ou l’opposition, tous ces élu(e)s sont autant de points d’appui à disposition de nos concitoyens pour faire échec aux projets de la droite. Ils sont des points d’appui pour permettre à des millions d’hommes et de femmes de vivre mieux dans leurs villes et leurs départements. Tous ces élu(e)s ont la volonté de créer des territoires populaires et en pointe de l’innovation économique, sociale, écologique, populaires et modernes dans leur gestion démocratique, populaires et agréables à vivre, tout simplement.

Mais je sais également que nos camarades Jacky Hénin, Pascal Beaudet, Hervé Bramy, Jean-Pierre Brard dont j’ai entendu ce matin encore la détermination à continuer à se battre pour sa ville, que nos camarades Daniel Paul au Havre, Alain Clary à Nîmes, Joë Triché à Romilly ou Bruno Piriou à Corbeil et tous les autres évidemment qui ont mené de formidables campagnes, vont aussi se battre pour ces territoires populaires !

Et j’aimerais plus largement remercier tous les militantes et militants, communistes ou non, qui ont permis le large rassemblement de la gauche dans leurs communes, et qui ont contribué à sa victoire dimanche.

Je vous avais dit, avant le premier tour de ces élections, que nous en sortirions avec plus d’élus et plus de villes. C’est le cas. Mais il est vrai que j’aurais voulu un peu mieux transformer les potentialités du premier tour. J’avais souhaité 100 mairies de plus de 9000 habitants. Il m’en manque neuf au final.

Nous allons examiner pourquoi nous n’y sommes pas parvenus. Nous allons analyser nos pratiques, nos bilans de gestion, ce qui a pu ne pas être apprécié de nos concitoyens.

Mais quand même ! Quand je pense qu’à Romilly la candidate divers gauche s’est désistée en faveur de l’UMP deux jours avant le scrutin, quand je vois qu’à Aubervilliers le Parti socialiste n’a pas respecté le verdict des urnes et a fait de la droite l’arbitre de l’élection. Et à Montreuil...

Je l’avais dit au premier tour. Notre adversaire, c’est la droite et c’est la droite qu’il faut combattre. Cette stratégie d’union a été menée par les communistes de façon exemplaire partout en France, et souvent de façon innovante, bien au-delà des seuls partis institués. Et les succès de la gauche dimanche en sont aussi le fruit. Alors l’union est un combat, certes. Mais ce combat ne suffit parfois pas quand certains cherchent à réveiller, comme on l’a vu lors de ces élections, un anticommunisme d’un autre âge. Ceci dit, au final, ces élections sont un bon cru.

Un dernier mot. La forte poussée de l’abstention, au premier comme au second tour, et pour une élection souvent qualifiée de préférée des Français pose aussi question. Elle traduit un déficit dans l’offre politique et un doute sur la capacité de la politique à répondre aux attentes des Françaises et des Français.

C’est bien cette question qui est posée aujourd’hui au parti communiste, à la gauche dans son ensemble, à tous les progressistes de notre pays. Et c’est quelque part une chance pour la gauche que le PCF sorte renforcé de ces élections ; il a milité pour les plus larges dynamiques à gauche ; il a porté des exigences sur des projets. Il peut aujourd’hui être partie prenante de la construction d’une alternative à gauche, loin de toutes les tentatives de recomposition politique au centre.

Pour demain, la victoire de la gauche aujourd’hui ne présage en aucun cas ces victoires futures. Gardons-nous bien de toute sorte d’euphorie !

Ce qui nous est demandé aujourd’hui, c’est bien de construire une alternative politique au pouvoir sarkozyste, une alternative politique au pouvoir de la finance, une alternative politique à cette République et cette Europe tout entier conçus pour se prémunir de la volonté populaire. Ces élections nous ont ouvert des pistes : la participation directe des citoyens à la vie sociale et politique, l’ambition réaffirmée d’offrir tout ce qu’il y a de mieux à nos concitoyens, l’engagement dans une perspective de développement durable. Et c’est sur ce chemin que poursuivrons notre chemin, notamment dans la perspective de notre prochain congrès.

Avec un objectif : être prêt, le plus rapidement possible, à offrir une perspective de changement, une perspective de progrès social à notre peuple.

Marie-George Buffet

Partager cet article

Repost 0
fédération du PCF du GARD
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr