Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 11:16

LA RETRAITE VERSION SARKOZY

travailler plus pour gagner moins


Après le RSA financé
par une partie de l
argent
de la “prime à l
emploi”,
après les franchises médicales
sur les malades, le gouvernement persiste et signe sur les retraites : malheur aux pauvres.

Un système de solidarité nationale fondé sur leffort de reconstruction dun pays en ruine à la Libération a permis à la France de se redresser puis de rester un pays riche et développé.

Sattaquer à un élément fort du contrat social suppose quelques précautions ora­toires. La chose est particulièrement vraie quand, à peine un an après le temps des promesses, revient en boome­rang celui dun profond mécontente­ment social sur lequel on avait surfé et qui navait jamais disparu depuis le retour de la droite au pouvoir à la faveur de 2002.

Désormais, dans la chute inouïe dans les sondages dun président un an après son élection, les retraités prennent leur part. Laumône qui leur est faite, après le double racket du 1,1 % de revalorisation des pensions au 1er janvier et de lassu­jettissement dune partie des personnes âgées dépendantes à des cotisations patronales sur lemploi daide à domi­cile, est un outrage supplémentaire. La première phrase de la note établie par le ministre du Travail indique donc toute la contradiction de la situation : “ Les Français sont très attachés à leur système de répartition ”. Cest bien là tout le problème.

Le mensonge principal du gouverne­ment est quil ne veut pas sauver les retraites par répartition, mais bien faire de ce dossier un élément parmi dautres de son offensive sur les droits des sala­riés, en activité, au chômage ou à la retraite. Prétendre développer “ lemploi des seniors ”, en ciblant en premier “ les salariés ayant eu une longue carrière et de faibles revenus ”, est déjà tout un pro­gramme de société.

Alors que le MEDEF fait durer les négo­ciations sur la pénibilité, cest précisé- ment aux salariés ayant eu à exercer les travaux les plus durs que lon va deman­der de mourir au travail. “ Le relèvement progressif des conditions dâge pour bénéficier dune dispense de recherche demploi ” va avoir pour effet immédiat de faire tomber ces salariés âgés sous le couperet des autres mesures que prépare le gouvernement : obligation daccepter un emploi payé à 70 % de son précédent salaire et situé à deux heures de chez soi sous peine dêtre radié. Quant au finan­cement, le gouvernement prévoit de le faire peser encore un peu plus sur les cotisations des salariés et sur la branche famille de la Sécu. Bref : ” Salariés, payez encore plus des retraites que vous ne prendrez pas ! ”.

Lautre mensonge porte sur le chiffrage. À ne retenir que lenjeu, bien réel, de la part de plus en plus importante des plus de soixante ans dans la population dici à 2030, le gouvernement escamote une donnée essentielle : lévolution des richesses créées qui permettent ou non dy faire face. Si la part du PIB affecté aux retraites était de 5 % en 1960 et de 12 % en 2007, elle devrait être de 18 % en 2040. Or, si les richesses créées ont doublé entre 1960 et 2007 pour attein­dre 1 500 milliards deuros, elles devraient encore doubler dans la période à venir pour sétablir à 3 000 milliards deuros en 2040. Toute la question dans cette affaire, comme sur toute la politi­que de cette majorité de droite, est de savoir si lon va établir une autre réparti­tion de ces richesses ou bien continuer à faire payer au plus grand nombre le choix que leur écrasante majorité soit accaparée par le tout-financier.

On voit bien là, rétrospectivement, que lattaque contre les régimes spéciaux de lautomne était bel et bien le prélude à une nouvelle offensive contre lensem­ble des salariés. Laffaire est “ gravis­sime, estime la CGT. En effet, ce 1er Mai vient de trouver une cause supplémen­taire de nourrir ses cortèges.

Et les syndicats, comme la gauche, sont face à leurs responsabilités dans ce débat de société n


 

Partager cet article

Repost 0
fédération du PCF du GARD
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr