Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 13:08

ECHELLE DES SALAIRES 2008

de 1 a 400 !


Les revenus des patrons
du CAC 40 ont fait un bond spectaculaire de 58 % en 2007.

Voilà une nouvelle condamnation du système financier qui nous gouverne. Alors que la dégringolade du pouvoir dachat du plus grand nombre et les promesses non tenues du candidat Sarkozy en ce domaine sont au centre de la crise politique et sociale que con­naît notre pays, les chiffres annoncés apparaissent proprement indécents.

Dans une année de tempêtes boursières et de vaches maigres pour les salaires, les revenus des grands patrons non seule­ment son indemnes mais semblent récompensés. Le cumul de leurs salaires de base, de leurs bonus, des stock-options, des dividendes et autres jetons de présence a assuré à nos 40 plus grands chefs dentreprise un revenu total de 160 millions deuros, soit un gain moyen de 4 millions deuros, allant jusquà lincroyable somme de 18 mil­lions pour Pierre Verluca, le patron de Vallourec, spécialiste de tubes en acier dont raffolent les compagnies pétrolières qui surfent actuellement sur les cours hautement spéculatifs du baril.

Ainsi va le système, largent nourrit lar­gent. Lexemple de Vallourec, que rien ne prédestinait à figurer au sommet du hit-parade, est dailleurs particulière­ment significatif. Pour engranger une plus-value de 17,2 millions deuros en 2007, le PDG a tout à fait légalement vendu au cours de la Bourse ses stocks-options en juin 2007 à un prix alors plus de vingt fois supérieur au prix dachat auquel ce système de rémunérations lui avait permis daccéder. Jackpot garanti ! Au total, les stock-options assurent en 2007 aux patrons du CAC 40 des gains record de 66 millions deuros, cinq fois plus élevés quen 2006.

Pendant ce temps, dans les entreprises, les temps de travail sallongent, la pro­ductivité saccroît pour des gains sala­riaux infimes. Le déséquilibre grandit dannée en année et le fossé est mainte­nant vertigineux. Là où léchelle des salaires allait de 1 à 10 dans les années 70, rappelle un responsable syndical de chez Total, il va désormais de 1 à 400.

Le scandale des revenus patronaux du CAC 40 nest pourtant que la partie visi­ble dun iceberg financier autrement plus important, qui voit de fabuleuses sommes financières grossir par le jeu de mécanismes spéculatifs toujours plus sophistiqués. La prime donnée à la croissance des rendements financiers, dont lécrasement salarial et la sur­exploitation sont le prix à payer, est au cœur de la crise financière internatio­nale. Quand le gouvernement et Sarkozy prétendent distribuer du pouvoir dachat en multipliant les cadeaux fiscaux aux plus riches ou, comme ils viennent de le déclarer, en relançant lintéressement des salaires aux rendements financiers de lentreprise, non seulement ils ne corrigent pas le tir, mais ils lui fournis­sent de nouvelles cartouches. La finance est toujours la seule gagnante et les salai­res du plus grand nombre les éternels perdants.

Le boom spéculatif des salaires patro­naux du CAC 40 est le symptôme dun système profondément malade qui ne récompense que lenrichissement finan­cier et pousse à lalimenter sans cesse alors que cet enrichissement est obtenu en sapant les bases dun développement social solidaire et équilibré.

Cest ce qui fait de ce hit parade lindé­cent baromètre dun cancer financier dont on saluerait la progression alors quil ronge lavenir de nos économies et de nos sociétés n

Partager cet article

Repost 0
fédération du PCF du GARD
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr