Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 09:58

la Compagnie du Mont Lozère organise une journée porte ouverte ce samedi 26 juillet 10h00
Sur le site des taillades cette journée riche en échange et solidarité,
démontrera toute l'attention et le soutien que le parti communiste apporte,
à ces salariés courageux face à une direction sans visage.
(voir l'article)


La résistance de la Compagnie du Mont Lozère

RESTRUCTURATION . Les salariés de cette conserverie gardoise entament leur 45e jour de grève contre la fermeture de leur usine.

« On est vraiment des Touareg, jour et nuit sous notre toile de tente, sans chauffage, sans électricité », raconte Gilles Becu, délégué syndical CGT de la Compagnie du Mont Lozère (CML). Depuis quarante-cinq jours, les 26 salariés de cette conserverie de champignons, fruits rouges et châtaignes tiennent leur piquet de grève à Branoux-les-Taillades, dans le Gard, au bord de la N106. Ils ont cessé le travail le 6 juin, quand ils ont appris que leur maison mère, le groupe France Champignon, entendait fermer leur site dans le cadre d’une restructuration. Depuis, ils bloquent l’entrée de l’usine, où se trouveraient 2 millions d’euros de marchandise, et réclament une « explication valable » à la fermeture du site, explique le délégué CGT. La solidarité s’est organisée autour de l’unique usine du village, les habitants se mobilisent, les collectivités du bassin participent au ravitaillement des grévistes, qui ont aussi reçu le soutien de la région Languedoc-Roussillon. Vendredi, les salariés sont allés manifester à Nîmes à l’arrivée du tour de France.

Le groupe France Champignon, détenu depuis 2004 par le fonds d’investissements Butler Capital Partners, n’a pas été très clair quant aux raisons qui l’ont conduit à cette décision. Yann Goavec, directeur du groupe, a d’abord invoqué la nécessité d’une restructuration visant à « regrouper les activités sur deux sites, dans les Landes et à Rungis ». Et proposé aux salariés cévenols des « solutions de reclassement » dans ces deux sites, sans aucun succès.

Les salariés sont convaincus que l’usine est rentable, mais en sont réduits aux conjectures, la direction du groupe ayant refusé le principe d’une expertise sur les résultats financiers de la CML. En revanche, trois semaines après le début de la grève, le groupe a changé son fusil d’épaule et présenté un argument inédit : le problème n’est pas financier mais environnemental, la mise aux normes de l’entreprise, vieille de trente ans et qui rejette des eaux usées dans le Gardon, coûterait trop cher. Fin juin, la direction a accepté de lancer deux expertises environnementales. Leurs résultats, discutés la semaine dernière lors d’une réunion à la direction départementale du travail du Gard, n’ont pas franchement réjoui l’entreprise, puisqu’ils ne rendent pas la fermeture de la conserverie indispensable : les travaux nécessaires pour mettre le site aux normes coûteraient entre 1,2 et 1,7 million d’euros. Une somme relativement raisonnable, d’autant que les collectivités locales pourraient accepter de financer en partie la réalisation de ces travaux.

« La direction du groupe est donc revenue à ses positions initiales, affirmant que l’usine n’est pas rentable et refusant d’envisager un repreneur », indique Gilles Becu. « En fait, ils ont vraiment été surpris par notre mobilisation, et cette expertise leur a juste servi à gagner du temps », explique le syndicaliste, qui propose une explication : « Nous sommes concurrents d’autres sites au sein du groupe, alors ils veulent récupérer nos clients et notre carnet d’adresses. »

Partager cet article

Repost 0
fédération du PCF du GARD
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr