Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 10:43

360 milliards pour la finance. Et pour l'emploi et la croissance ?

L’Assemblée nationale examine le projet de loi sur le plan d’urgence de 360 milliards d’euros de soutien aux banques, qui sera voté grâce aux seules voix de la majorité UMP et Nouveau Centre. PS et Verts ont décidé de s’abstenir, les communistes votent contre cette "prime aux voleurs pour sauver le capitalisme".

Défendu par la ministre de l’Economie Christine Lagarde, le texte du gouvernement, présenté lundi lors d’un Conseil des ministres extraordinaire et adopté dans la matinée - sans être amendé - par la commission des Finances, est officiellement appelé "projet de loi de finances rectificative pour le financement de l’économie".

Modifier le budget 2009 ?

Ce projet, qui devrait être définitivement adopté par le Parlement mercredi soir après un vote conforme attendu au Sénat, traduit le plan en faveur des banques face à la crise : garantie des crédits interbancaires jusqu’à fin 2009 et recours possible à une recapitalisation pour leur éviter la faillite.

Alors que l’UMP et ses partenaires centristes du NC avaient exhorté lundi l’opposition à le voter, la gauche a refusé, estimant que les mesures prévues étaient nécessaires mais pas suffisantes.

Si, en commission des Finances, les députés PS ont voté un article clef du projet de loi, ils ont choisi, en réunion de groupe, de s’abstenir sur l’ensemble du texte.

Le plan de Nicolas Sarkozy "ne résout qu’une partie des problèmes", a justifié le patron des députés PS, Jean-Marc Ayrault.

"Ce qu’il est possible de faire pour sauver le système bancaire, il doit être possible de le faire aussi pour sauver les Français de la récession" en soutenant "l’emploi" notamment, a-t-il dit, réaffirmant qu’il fallait complètement modifier le projet de budget pour 2009, débattu la semaine prochaine.

Le PS avait exclu dès lundi d’émettre un vote négatif.

"L’abstention, c’est pour moi la négation de l’engagement politique", a aussitôt réagi Jean-François Copé, patron des députés UMP. "C’est désolant et consternant. Tout cela doit être le fruit de je ne sais quelle cogitation du Politburo du PS" avant le congrès de Reims, a-t-il dénoncé.

Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, a de son côté dénoncé "une décision irresponsable", soulignant que plusieurs gouvernements européens de gauche avaient adopté ces mêmes mesures.

Non à la "prime aux voleurs"

Les communistes ont, eux, estimé, dans un communiqué intitulé "la prime aux voleurs pour sauver le capitalisme", que "la solution préconisée par le gouvernement, même si elle est susceptible de faire baisser momentanément les tensions sur les marchés financiers, procure une prime à tous les prédateurs qui se sont servis sur l’économie réelle".

"Quoi qu’en dise le président de la République, les contribuables paieront la note", ont-ils affirmé.

L’inscription à l’ordre du jour de ce texte modifie l’agenda de l’Assemblée, retardant notamment la suite du débat sur le Grenelle de l’environnement.

Partager cet article

Repost 0
fédération du PCF du GARD
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr