Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 11:20
La France a comptabilisé 45.900 chômeurs de plus en octobre, soit la plus forte hausse depuis 15 ans. La barre des deux millions de chômeurs est dépassée. La hausse est la plus forte enregistrée depuis mars 1993.
Reportage chez Arcelor à Istres.
Un dossier à lire vendredi dans l’Humanité.

Le chiffre de septembre était de 1.957.600. Les statistiques officielles devaient être publiées jeudi soir.

"Dans une crise aussi grave que celle que traverse le monde, aucun pays ne peut échapper à l’augmentation du chômage", a déclaré François Fillon en marge d’un déplacement à Arcachon (Gironde).

"C’est pour cela que le gouvernement est tout entier mobilisé pour essayer de relancer l’économie, mais en même temps essayer de venir en aide à ceux qui sont frappés, qui seront inévitablement frappés par le chômage", a ajouté le Premier ministre, déplorant les spéculations prématurées.

"Je ne commente pas les chiffres du chômage avant qu’ils soient connus et je pense que chacun devrait s’attacher à cette règle. Il y a dans notre pays des institutions indépendantes qui mesurent le chômage. Il faut attendre qu’elles donnent les chiffres", a-t-il dit.

Interrogé sur France Inter, le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a reconnu que les chiffres ne seraient "pas bons" et a imputé la hausse à la crise internationale.

"S’il y a notamment une récession économique aux Etats-Unis, il n’est pas question de laisser penser que ça va être comme le nuage de Tchernobyl à l’époque, ça va s’arrêter au-dessus de l’Atlantique. Il y a donc des conséquences en Europe, en France, des conséquences économiques et sur le chômage", a-t-il dit.

Une dégradation confirmée par la ministre de l’Economie, Christine Lagarde.

"On est en phase de ralentissement économique et tous les experts, tous les indicateurs, nous laissent penser qu’on entre dans une phase de ralentissement qui va durer un certain nombre de trimestres", a-t-elle précisé sur l’antenne de la radio BFM.

"Quand il y a un ralentissement de l’économie, il y a forcément des conséquences pour l’emploi", a-t-elle ajouté, tout en notant que le taux de chômage en France s’était établi à "un niveau extraordinairement bas".

Le secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, avait déjà annoncé dans un entretien publié mardi une "dégradation nette, proche de celle du mois d’août".

La France avait alors enregistré 41.300 chômeurs supplémentaires, soit la plus forte augmentation depuis mars 1993, où elle dépassait 54.000. L’augmentation en septembre a ensuite été limitée à 8.000 personnes.

A Istres : rassemblement de salariés d’ArcelorMittal pour défendre l’emploi

Plusieurs centaines de salariés d’ArcelorMittal de Fos-sur-Mer et de sous-traitants du groupe sidérurgique ont manifesté jeudi devant la sous-préfecture d’Istres, pour défendre leur emploi et refuser d’être "les dindons de la crise", a constaté une journaliste de l’AFP.

Sous le mot d’ordre, "Salariés d’ArcelorMittal et sous-traitants : unis pour l’emploi", des dockers de Fos-sur-Mer et notamment des salariés d’Arkema, de Gagneraud, d’Arcelor, d’Ascométal ainsi que des élus PCF étaient aussi présents.

Jeudi à Luxembourg, ArcelorMittal, premier groupe sidérurgique mondial, a annoncé envisager de supprimer jusqu’à 9.000 emplois dans le monde, ce qui représente 3% de son personnel.

"Arcelor fait des profits mais les sidérurgistes n’en profitent pas", était inscrit sur une banderole placée à l’entrée de la sous-préfecture d’Istres. La CFDT a rappelé les résultats d’ArcelorMittal au troisième trimestre 2008 : résultat d’exploitation en augmentation de 76% par rapport au troisième trimestre 2007, chiffre d’affaires en progression de 38% et un résultat net au troisième trimestre 2008 de 3,8 milliards de dollars.

Pour la CGT, "il est inacceptable que les salariés subissent une crise dans laquelle ils n’ont aucune responsabilité". "Quand tout va bien il faut faire des efforts, quand tout va moins bien, il faut faire des sacrifices", a estimé un syndicaliste CGT d’Arkema Fos-sur-Mer.

"Nous, ce qu’on veut absolument c’est qu’on rallume le haut-fourneau de Fos. La direction nous dit qu’il devrait redémarrer le 31 janvier 2009 mais on voudrait qu’il redémarre avant. L’entreprise n’est pas rentable avec un seul haut-fourneau, on sort un acier trop cher par rapport aux sites de Dunkerque et Florange", a expliqué Michel Tarrou, secrétaire CFDT (majoritaire) du site de Fos-sur-Mer.

"On est le site le plus cher donc il nous faut produire un maximum pour être rentable. Dans l’état actuel des choses, nous sommes en péril", a-t-il ajouté.

Aujourd’hui, "c’est déjà 250 CDD arrêtés et 400 intérimaires au chômage", a précisé la CGT du site de Fos-sur-Mer.

Partager cet article

Repost 0
fédération du PCF du GARD
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr