Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 13:00

Nîmes, le 04 février 2009

 

 

PROJET GARD DURABLE

Intervention de M. Edouard CHAULET

 

 

 

 

              Monsieur le Président,

              Chers Collègues,

 

              Je tiens au nom du groupe « écocologiste » à m’exprimer sur ce thème.

              A l’occasion de ce rapport, je voudrais anticiper et commencer par des remerciements.

              En effet, si nous avons la chance aujourd’hui de débattre et de nous prononcer sur une nouvelle dimension de notre projet politique, nous le devons à la mobilisation et au formidable travail décloisonné mené par l’ensemble des services du Conseil Général.

              Travail d’évaluation, de concertation et de propositions qui prouve que chacun se sent concerné et partie prenante du service public et de l’intérêt général.

              Les réunions de concertation organisées avec les Gardoises et les Gardois nous ont également permis de mesurer la vérité et l’ampleur des attentes de nos concitoyens sur ces questions angoissantes d’un avenir commun possible par un soin enfin efficace apporté à notre « milieu ».

              Je puis témoigner aussi que les rencontres avec des milliers de spectateurs à propos de notre film « Nos enfants nous accuseront » me renforcent dans la conviction comme on dit « qu’il était temps » de penser à vivre en bonne intelligence avec notre planète, même si notre département a déjà une pôle position en la matière.

              La profonde crise sociale, économique et écologique dans laquelle nous ont plongé les logiques du profit, de la concurrence sans entrave, la prétention de quelques-uns à confisquer et à privatiser au détriment du plus grand nombre les éléments les plus vitaux de la nature et des produits humains, appelle un autre avenir pour ce monde.

              Notre projet de développement durable (un oxymore) du Gard réintroduit fortement les enjeux de solidarité, de justice sociale inséparablement de la préservation de l’environnement.

              Localement, nous pratiquons cette « connexion universelle » vitale des hommes fraternels et de leur milieu. Cela donne encore plus de sens à notre engagement politique et nous ouvre au global si nous abattons les murs honteux de la citadelle occidentale…

              Le projet politique de notre majorité « l’égalité des chances, des hommes et des territoires » contient une universalité encore plus évidente si on lui adjoint la nécessité de respecter et de sauvegarder les générations futures.

              Le rapport qui nous a été remis est remarquablement complet et précis quant aux enjeux généraux et aux actions qui seront mises en œuvre dès cette année.

              La rude réalité est là pour nous presser. Le rapport fait état de 850 millions d’humains souffrant de la faim. La FAO vient d’annoncer que le milliard était dépassé. En 2070, l’Afrique peut n’être plus qu’un désert.

              On voit bien que l’enjeu du développement durable n’est pas celui d’un affichage ou d’une opportunité politique parce que les citoyens sont en demande forte…

              Pour notre département, pour ses plaines, ses garrigues, ses vignes, ses causses, ses zones humides, sa mer, ses châtaigniers où vivent et dont vivent ses gens de maintenant et de demain, c’est un impératif.

              A titre d’exemple, n’oublions pas qu’un sol vivant est capable d’absorber 2 mètres de hauteur d’eau par an et qu’un sol tué ne garde rien et disparaît. Dans un département victime de cruels épisodes cévenols, cela vaut des barrages et des bassins de rétention dans une économie écologique et globale.

              On nous dit souvent, c’est la « tarte à la grenelle », nous sommes tous dans le même bateau, nous ne pouvons que nous entendre. Certes, mais comment ne pas voir que certains se dorent sur le pont Bolloré tandis que d’autres souquent ferme en fond de cale ? Et qui tient la barre sinon le colosse aveugle du profit ?

              Le rapport, au fond, c’est notre « G.P.S. » ! pour l’avenir nous le voterons des deux mains. Mais je me permets de vous citer quelqu’un que je vous donne en mille :

              « Nous ne régnons nullement sur la nature comme un conquérant règne sur un peuple étranger, comme quelqu’un qui serait en dehors de la nature : nous lui appartenons avec notre chair, notre sang, notre cerveau, nous sommes dans son sein (…) . Ne nous flattons pas trop de nos victoires sur la nature ! Elle se venge sur nous de chacune d’elles ».

              Qui parle ainsi ? N. Hulot ? Borloo ? René Dumont ? Point du tout. Il s’agit d’un écocommuniste nommé Engels, vous savez, « la fidèle compagne de K. Marx ! », dans « dialectique de la nature », paru à la fin du 19ème siècle.

 

Partager cet article

Repost 0
Parti communiste du Gard
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr