Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 14:41
Nicolas Sarkozy a déclaré mardi, lors d’un déplacement dans les Bouches-du-Rhône, qu’il ne tolèrerait pas les séquestrations de patrons d’entreprise et de cadres supérieurs par des salariés, actes qui se sont multipliés ces derniers temps.

"Qu’est-ce que c’est que cette histoire d’aller séquestrer les gens ?" a dit le président de la République. "On est dans un Etat de droit. Je ne laisserai pas faire les choses comme ça."

"Dans un État de droit, la loi doit être respectée. On peut comprendre la colère des gens, mais la colère des gens, elle sera apaisée par des réponses et par des résultats, pas en aggravant les choses en faisant des choses qui sont contraires à la loi", a-t-il ajouté.

"Il y a des comportements d’un certain nombre de patrons qui sont inadmissibles, mais l’immense majorité des chefs d’entreprise souffre de la crise et se comporte formidablement bien", a estimé Nicolas Sarkozy.

Le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale en a remis une couche mercredi, et s’est dit "scandalisé" par les séquestrations de dirigeants d’entreprises, qui se sont multipliées ces derniers temps. "Je pense que la situation est extrêmement grave dans notre pays du point de vue économique et social du fait de cette crise mondiale (…) Je comprends parfaitement l’émotion, la douleur et la colère de beaucoup de nos concitoyens. Mais rien ne peut justifier que l’on séquestre des chefs d’entreprises." Plus encore, il a estimé que ces "dérives" étaient "cautionnées" par l’extrême-gauche. "Rien de tout cela n’est innocent", a-t-il ajouté, en versant dans la théorie du complot.

Des cadres séquestrés dans l’Ain pour protester contre un plan social

Des cadres d’une entreprise de fabrication d’adhésifs industriels sont retenus depuis mardi soir par des salariés qui protestent contre un plan social, sur le site Scapa France de Bellegarde-sur-Valserine Selon Le Progrès, la soixantaine de salariés, affectés par l’annonce en février dernier de la fermeture prochaine du site, a décidé de séquestrer mardi soir quatre dirigeants de l’entreprise afin de protester contre le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), en cours de négociations.

Comme on lui demande si son syndicat "encourage" ce type d’action, Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, déclare, dans un entretien à paraître mercredi dans La voix du Nord : "la CGT ne les encourage pas mais je trouve qu’on fait beaucoup de bruit pour pas grand-chose". "On entend des commentaires comme si il y avait aujourd’hui des centaines de cadres séquestrés dans leur entreprise ! On fait d’un épiphénomène un phénomène de société et une des caractéristiques de ce mouvement social. Ce n’est pas du tout le cas", ajoute-t-il. Trois cas ont été recensés ces dernières semaines.

Selon le leader de la CGT, "l’essentiel dans les formes d’action utilisées, c’est qu’elles soient bien partagées par une grande partie du personnel qui s’y engage. Car on sait bien que de tout temps les formes d’actions peuvent créer davantage la polémique au risque de détourner l’attention des vraies revendications".

"Force est de constater qu’il faut parfois avoir recours à des initiatives spectaculaires pour qu’on entende parler de soi (…) C’est peut être aussi la conséquence des déclarations du président de la République qui a considéré que les grèves et les manifestations en France, on ne les voyait plus", réplique-t-il.

Partager cet article

Repost 0
Parti communiste du Gard
commenter cet article

commentaires

chareyron 08/04/2009 22:29

Les patrons escrocs, ou certains on plus de cent voitures de luxe en collection, et d'autres qui n'on pas 16 euro pour remplacer un carreau de cassé sur leur fenètre, et l'autre toudu qui sort le fouet. Il faut noyer le mal putain, y faut le noyer. Et les robots, à la rouille. A bientôt, je suis en colère. J'ai les crocs.

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr