Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 12:11

P1080897-1024x577.jpg« Votez Sarko, le candidat des riches! » « Les banquiers en haut, le peuple en bas » « Tout de même, c’est simpliste ».

Hier matin, le Front de gauche se faisait une banque. L’opération s’est passée dans la joie et la bonne humeur. C’est que la prise de l’ancienne antenne alésienne de la Banque de France – qui se trouve aujourd’hui occupée par le crédit agricole – s’est réalisée avec la complicité d’une troupe de théâtre, le Front de résistance et d’intervention théâtrale.
Les comédiens jouaient le rôle de Sarkozy l’enfumeur, de banquiers et de représentants du peuple – ces derniers en costume d’époque, eu égard à la semaine cévenole ainsi placée sous le signe d’une résistance très actuelle.
Et c’était le prétexte à quelques rappels. « »Entre le 21 décembre et le 29 février, la Banque centrale européenne a mis 1018 milliards de nos euros à la disposition des banques privées au taux de 0,3% », expliquait l’un des banquiers de la troupe. Du théâtre qui part du réel. Surtout quand on sait que c’est pour le reprêter aux Etats européens à 4, 6 8% et plus, selon affinités.

Les dividendes ou le Smic

Dans la pièce, deux intervenants sur le parvis de l’ancienne Banque de France. Edouard Chaulet rappelait les propositions du Front de gauche : 1700 euros pour le Smic, la retraite à 60 ans à taux plein… en soulignant que les milliards versés en dividendes aux actionnaires – sans parler des banques – représentent bien davantage de ce qu’il faudrait pour fiancer ces mesures.

« C’est nous le clan des raisonnables, c’est nous le clan des nantis, qui gouvernent le pays », lui répliquaient les comédiens banquiers.

Jean-Michel Suau, à son tour intervenait dans la pièce. Pour rappeler que le déficit des finances publiques ne résulte pas des salaires des fonctionnaires que l’on n’a pas remplacés – des dizaines de milliers de suppressions d’emploi – mais bien plutôt des impôts que l’on n’a pas encaissé, sur la fortune par exemple, ou que l’Etat a remboursé en vertu du bouclier fiscal. Il constatait encore que le conseil général du Gard emprunte aujourd’hui à 4,9% contre 2% il y a trois ans. Au profit des banques et de leurs actionnaires. D’où la proposition du Front de gauche d’un pôle financier public, d’une Banque centrale européenne qui travaille à l’économie et à l’emploi et non plus aux profits.

« Cette dette, qui l’a faite ? », lançaient les comédiens. Mais oui, au fait, qui l’a faite ?

Michel Pernet

Partager cet article

Repost 0
Parti communiste du Gard
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr