Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 11:18

400px-Didier_Le_Reste_Front_de_Gauche_2009-03-08_n1.jpgLe secrétaire général de la CGT revient sur l’échec des négociations et appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités dans le conflit.
 

Les raisons de la grève. Six cheminots témoignent.

Pourquoi les négociations dans le cadre des préavis de grève ont-elles échoué ?
Didier Le Reste. Il n’y a pas eu de véritables négociations. Ce sont au mieux des bavardages, au pire de petits arrangements entre amis. Aucune des revendications formulées dans chacun des préavis n’a fait l’objet de réponses sérieuses et adaptées. La plupart des annonces de la direction présentées comme des acquis de la discussion sont en fait des mesures qui ont déjà été actées en 2009. Rien sur le fret. Rien sur les salaires alors que l’augmentation de 0,9 % chichement concédée est en dessous de l’inflation prévisible. Rien sur les réorganisations. Rien non plus sur les revendications propres à chaque métier. Au lieu de vraiment négocier, la direction a mis à profit le préavis pour s’employer à diviser les syndicats.

 

Pour expliquer le retrait de son préavis, la CFDT dit qu’il est nécessaire d’économiser ses forces pour les retraites…
Didier Le Reste. Le retrait de la Fgaac-CFDT du conflit était cousu de fil blanc. Ce syndicat a fait valider son préavis par la direction de manière à ce que celle-ci puisse y apporter des réponses. La direction a même communiqué en interne la levée du préavis de la Fgaac-CFDT avant celle-ci. L’histoire se répète. La direction cherche à fragiliser l’unité syndicale et sans doute à préparer les élections professionnelles de 2011. Quand à l’argument selon lequel il faut en garder « sous la pédale pour les retraites », les cheminots ne sont pas dupes et savent à quoi sans tenir. Par le passé, en 1995, en 2003 et 2007, ils ont pu apprécier « la combativité » de la CFDT sur ce dossier.

 

Que répondez-vous à ceux qui vous accusent de pénaliser les usagers au nom de la concurrence avec SUD rail ?
Didier Le Reste. Toujours cette vieille rengaine de la concurrence entre syndicats. Encore une fois, il s’agit d’un rideau de fumée pour ne pas parler des vrais problèmes et des véritables responsabilités dans la dégradation du service public. La CGT ne se détermine pas par rapport aux autres organisations mais en fonction des revendications des cheminots. Rappelons que le 23 mars dernier, lors de la mobilisation sur les retraites, SUD rail appelait à une grève reconductible et pas la CGT. Quant aux usagers, nous entendons leurs mécontentements et nous le comprenons. Annulations de trains, retards, pannes, leur quotidien est devenu de plus en plus difficile. Si nous laissons la direction mener à bien ses restructurations et singulièrement les 8 000 suppressions d’emplois qu’elle projette de réaliser d’ici à 2012, alors le service public sera encore plus dégradé. Se rendre à son travail ou sur son lieu d’étude deviendra un parcours du combattant. Il y a convergence d’intérêt entre cheminots et usagers. Améliorer les conditions de travail des uns, c’est améliorer les conditions de transport des autres.

 

Qu’attendez-vous de la direction ?
Didier Le reste. Les déclarations préalables de participation à la grève faites par les cheminots nous indiquent que la mobilisation devrait être nettement supérieure aux dernières mobilisations du 3 février et du 23 mars derniers. La direction serait bien inspirée de passer du bavardage à de véritables négociations. Concrètement, la direction doit accepter une révision à la hausse du budget 2010 en matière d’emplois. Nous revendiquons le recrutement de 2 000 agents et la résorption de l’emploi précaire. En matière de salaires, il faut les revaloriser et travailler par exemple à la création d’un véritable 13e mois. Sur les restructurations, au-delà des retours d’expériences qui vont durer plusieurs mois, des carences sont identifiées. La SNCF doit accepter de s’asseoir autour de la table de négociation pour les résorber. En ce qui concerne le fret, nous exigeons un moratoire sur la stratégie mortifère mise en œuvre actuellement. Non seulement la direction transfert des trafics vers la route mais, en fermant des triages, elle est en train de casser l’outil interdisant à l’avenir toute reconquête. Le gouvernement doit aussi prendre ses responsabilités. Il ne peut pas se désintéresser d’une crise sociale à la SNCF ni d’une gestion de l’entreprise qui tourne le dos aux mesures du Grenelle de l’environnement, qui plus est en pleine semaine durable.

Partager cet article

Repost 0
Parti communiste du Gard
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr