Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 18:32

Sarko-dej-des-resultats-Delize.jpgRAPPEL L'entreprise a été rachetée fin novembre 2010 par le groupe Fayat.

60 personnes sont au chômage partiel sur le site de Silhol La situation de l'entreprise   Richard-Ducros est alarmante.   « On va vers la cessation de paiement, lance, à demi-mot, Richard Valmalle, délégué CGT du personnel.   En matière de leviers d'action, les salariés entendent faire jouer tout ce qui sera en leur pouvoir pour interpeller les intervenants, y compris le blocage éventuel de livraisons. »

Mardi, les élus du comité     d'établissement et la délégation syndicale CGT de l'entreprise ont été convoqués en réunion extraordinaire de comité d'entreprise (CE), ainsi qu'en réunion extraordinaire de comité central d'établissement (CCE).     Le syndicaliste se demande

comment une entreprise vieille de 142 ans peut soudainement se retrouver au bord de la faillite.   « Trois semaines après le rachat en force par le groupe Fayat, sans l'avis du comité central d'établissement, on nous annonce une situation financière catastrophique, avec un carnet de commandes quasiment vide. Bernard Casteran, le nouveau Pdg, prétend l'avoir découvert après la reprise. » C'était le 23 décembre 2010.

Conséquence immédiate, une mesure de chômage partielle touche 60 employés sur le site ouvrages d'art et mécano-soudure de la montée de Silhol.   « On solde les quatre commandes restantes. Bientôt, tout le monde sera au chômage partiel », poursuit le cégétiste. Quant au site tôlerie fine de Croupillac, la charge sera nulle dans un mois et les salariés vont subir le même sort. Au total, quelque 300 emplois directs sont concernés, dont les intérimaires qui ont 'trinqué' les premiers. Le site de Roquefort, dans les Landes, est, lui, 'gelé' depuis le 7 décembre, tandis que celui de Charmes, dans les Vosges, devrait tenir jusqu'en avril, selon Richard Valmalle.  

« On attend d'un capitaliste d'entreprise (Fayat) qu'il fasse fonctionner et pérennise l'entreprise »
, reprend Richard Valmalle. À l'époque de la vente, les élus avaient pourtant réclamé le projet industriel, le résultat des audits et le plan commercial de Fayat. Sans succès, ce qu'il déplore.   « Quand vous cherchez à mettre quelqu'un en confiance, vous communiquez ! », assène Richard Valmalle. Le CCE a depuis confié le dossier à l'inspection du travail, et a décidé d'ester en justice par le biais d'un avocat spécialiste du droit du travail.

Un conseil d'administration du groupe Fayat devrait se réunir la semaine prochaine à Paris, en présence des secrétaires des trois CE et du secrétaire du CCE. L'occasion d'en savoir - enfin - plus sur l'avenir du site alésien ?  

Partager cet article

Repost 0
Parti communiste du Gard
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr