Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 11:22

Conférence de presse – Mardi 13 novembre 2007

Intervention de Martine Gayraud, Secrétaire départementale

 

 

Nous sommes à la veille d’un mouvement social très important : cheminots, agents EDF GDF, étudiants, magistrats, fonctionnaires sont et seront dans l’action dans les jours à venir contre le recul social que la  droite veut leur imposer !

Toujours prêt à sauter devant une caméra, dans un avion, ou sur une faramineuse augmentation de salaire, Nicolas Sarkozy est moins pressé de négocier avec les salariés en luttes.

Le ton est donné, le pouvoir expose ses biceps et cloute ses bâtons, comme il l’a dit devant les patrons français et américains le chef de l’Etat  fera face quoi qu’il arrive aux mouvements sociaux dans l’intérêt du pays et de l’équité ! Il n’a que ce mot à la bouche. L’équité pour Nicolas Sarkozy c’est l’ajustement par le haut pour certains et par le bas pour les autres.

 

Durant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy s’est présenté comme le candidat du pouvoir d’achat depuis son élection les mesures prises l’ont été pour les plus riches c’est sans doute aussi cela l’équité !

La réponse apportée à la crise grave que traversent les pêcheurs et leurs familles est le reflet de sa politique : exonération gadget de  cotisations patronales alors que les entreprises du CAC 40 réalisent des bénéfices records (97 milliards pour 2006), cela nécessiterait  plutôt de taxer les supers profits notamment des compagnies pétrolières.

Autre exemple, alors que le gouvernement met en place une franchise médicale qui pénalisera les plus pauvres et les malades, le groupe privé La Générale de Santé qui gère 183 établissements de santé privés à but lucratif, s’apprête à distribuer à ses actionnaires 420 millions d’euros de dividendes (le cours de la bourse pour ce groupe a augmenté de plus de 300% depuis 2002 avec des recettes qui proviennent essentiellement de la sécurité sociale c’est l’équité, cela aussi selon Sarkozy).

Je pourrais être plus longue, aborder la question des retraites, l’allongement de la durée de cotisation pour le privé et le public, les décotes mises en place en 2003 qui n’ont rien réglé.

Aujourd’hui la réforme des régimes spéciaux ne sert qu’à faire passer une nouvelle réforme en 2008 qui va rallonger à nouveau la durée des cotisations pour tous sans que la question des recettes ne soit réglée. C’est travailler plus longtemps pour gagner moins, pour avoir une retraite médiocre qui ne permettra pas de vivre, c’est l’ouverture au système de retraite par capitalisation ou épargne individuelle. C’est le rêve du MEDEF enfin réalisé. Je vous renvois à l’article de Denis Kessler dans le magazine « Challenges » intitulé « Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde ».

En ce mois  de Novembre nous avons décidé, au delà du soutien et de notre participation aux luttes, de disputer le terrain des idées et des valeurs à Nicolas Sarkozy, parce que pour nous la riposte est aussi idéologique.

Dans le cadre de la préparation de notre assemblée extraordinaire des 8 et 9  décembre le PCF lance une campagne de débats politiques autour des questions qui ont notamment traversées la campagne présidentielle : travail, changement, sécurité, migrations, sous forme de questions. Par exemple le travail est-il seulement une activité contraignante ou peut-il avoir une valeur d’épanouissement individuel ? L’immigration est-elle une chance ou une menace ? Comment croiser le progrès social et une grande ambition écologique ? Le progrès est-il possible avec la mondialisation ?

Mais ces questions concernent aussi l’avenir de notre parti et du communiste ? Le communisme avec qui, qu’elle organisation ?

Nous imaginons avec ces débats un travail de longue portée sur des questions de société car aujourd’hui malgré les luttes qui s’amplifient  face aux nouveaux reculs, le mouvement populaire se heurte à la faiblesse voir à l’absence de perspectives à gauche. L’échec électoral de la gauche en 2007 a durement mis en lumière cette réalité parmi celles et ceux qu’inquiète profondément  la politique de Sarkozy, il a amplifié le doute sur la possibilité d’ouvrir de nouveaux chemins de progrès social.

Pour retrouver confiance et combativité les hommes et les femmes de gauche doivent pouvoir adosser leur mobilisation à la perspective d’une alternative crédible et durable.

Dans la situation actuelle cela implique de repenser le changement et donc de reconstruire un projet politique à visée émancipatrice. Cette démarche nous allons la déployer tout au long de l’année 2008 pour préparer notre congrès.

 

Dès le mois de juin, nous le disions, nos résultats à l’élection présidentielle et notre déclin électoral quasi permanent depuis de nombreuses années nous appellent à faire un inventaire général qui ne soit pas conjoncturel, l’enjeu nous incite à un effort d’analyse sur les évolutions de la société française, il nous invite à retravailler la voie d’une émancipation humaine de notre temps, l’enjeu nous pousse à un effort de création, d’innovation, de responsabilité, à un bilan critique et constructif de nos évolutions stratégiques et de leur mise en œuvre, mais également d’appréhender sans tabou ni à priori la question du devenir de notre organisation dans la France d’aujourd’hui.  C’est dans ce cadre là que s’inscrivent nos deux débats du 16 novembre et du 29 novembre que je vais vous présenter.

L’un portera sur l’avenir du communisme et de notre parti aujourd’hui, il aura lieu le 16 novembre au Centre Pablo Neruda, ce sera un débat croisé avec la participation de quatre dirigeants nationaux de notre parti dont chacun porte une appréciation, un point de vue différent sur l’évolution de notre parti et du communisme. Ce débat permettra de confronter, d’approfondir ces questions, c’est un débat public mis à disposition des communistes et de tous ceux et celles qui souhaitent approfondir ces questions. Le deuxième débat aura lieu le 29 novembre. C’est un débat qui se situe dans le cadre des douze débats publics qui auront lieu en France.

Rappel :

« Quel développement pour une planète durable ? », 12 nov. A Grenoble

« Un projet solidaire dans une société éclatée ? », 27 nov. Aubervilliers.

« Un monde de paix et de justice, est-ce possible ? », 16 nov. Marseille

« Le communisme, avec qui, quelle organisation ? », 28 nov. Orléans.

« Quelle place pour le savoir dans la société ? », 16 nov. Bordeaux.

« Migrations, chance ou menace ? », 29 nov. Nîmes.

« Le travail, contrainte ou épanouissement ? », 21 nov. Paris.

« Le progrès est-il possible avec la mondialisation ? », 30 nov. Amiens

« Y a-t-il une alternative au tout-répressif ? », 23 nov. Montauban

« Comment ouvrir des perspectives en Europe ? », 5 déc. Lyon

« Le féminisme, un combat subversif ? », 26 nov. Mitry-Mory.

« Faut-il transformer les institutions ? », 6 déc. Paris

 

A Nîmes, il portera sur les questions d’immigrations, dans un département qui a vu des vagues successives se produire au début du siècle pour aller travailler dans les mines du Nord du département par exemple ou dans le Sud dans la production agricole, un département où le score du FN et les idées qu’il développe sont très présents et où nous avons depuis peu un centre de rétention qui ne se vide pas ! Cette question d’actualité est rarement abordée comme nous souhaitons le faire ce soir là.

 

Sur les élections, vous le savez aujourd’hui doit se tenir une réunion du comité national d’échange et de liaison de la gauche (MRC PRG PCF PS les Verts) ce comité a comme objectifs, ripostes communes à la politique de Sarkozy, mais aussi les élections municipales et cantonales.

Dans un courrier récent, Marie George Buffet précisait que face aux enjeux, la gauche ne pouvait pas rester dans l’impuissance et la division. Nous appelons à ce que ces réunions débouchent sur des décisions positives. Dans notre département des contacts ont été pris et sont pris entre les forces de gauche, des choses avancent, nous savons que Nicolas Sarkozy  veut faire un test national de ces élections, nous mesurons les enjeux majeurs du résultat pour la vie et le devenir de leur ville pour nos concitoyens ; dès la fin de l’été j’avais annoncé la cohérence départementale dans laquelle nous sommes, réaliser l’union autour d’un contenu en garantissant à chaque sensibilité une représentation juste et équitable, s’engager sur le projet élaboré avec les populations, c’est le sens des assises municipales à Nîmes mais aussi des réunions diverses sur Alès, Le Vigan et d’autres. Il y a des appels qui circulent, des réunions programmées. Ce qui importe, ce n’est pas le rassemblement à tout prix c’est d’autre chose dont il s’agit, il faut élaborer un projet fort, capable de donner du sens, de redonner l’espoir, capable de créer un dynamique, c’est cet objectif qui nous anime et c’est ce que nous essayons de faire partout dans ce département.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
fédération du PCF du GARD
commenter cet article

commentaires

Suivez nous sur Facebook

Rechercher

36 éme congrès

pcf35econgres

Fédération PCF Gard

Bienvenue à la fédération du Gard 

du parti communiste

20 rue Jean Reboul

30900 Nimes

tél:04.66.36.60.60

pcf30@wanadoo.fr